Propriété de Bear Valley

 

ROBERT CONRAD : Le bonheur en famille loin d’Hollywood.

Article paru en Août 1992 dans TÉLÉ-LOISIRS.

 

AU FIN FOND DE LA SIERRA NEVADA, ROBERT CONRAD VIT AU CALME AVEC FEMME ET ENFANTS. SANS TOUTEFOIS FAIRE UNE CROIX SUR SA CARRIERE.

Robert Conrad, héros, entre autres, des « Mystères de l’Ouest » et des « Têtes brûlées » se rendit compte, il y a une dizaine d’années (soit en 1982), qu’il supportait de moins en moins la vie trépidante d’Hollywood.

Histoire de recharger ses batteries, il accepta un jour l’invitation de l’un de ses amis qui lui proposait d’aller chasser le faisan dans la Sierra Nevada, puis d’aller skier à Bear Valley (la vallée de l’Ours). Emballé par la région, l’acteur décida de s’y faire construire une maison et de s’y installer avec sa femme et ses enfants.


Après huit ans de travaux, dirigés par trois architectes, Robert Conrad a aujourd’hui la maison de ses rêves : une résidence princière somptueuse, qui s’étale sur un terrain de plusieurs hectares dominant la Bear Valley. Un vrai paradis qu’il partage avec son épouse Lavelda, et leurs trois filles, Kaja, Camille et Chelsea.


Quand il rencontre Lavelda, Robert Conrad est marié depuis vingt-ans ans avec Joan Kenley dont il a cinq enfants, trois filles et deux garçons. Sa réputation de coureur de jupon n’est plus à faire, et ses frasques amoureuses alimentent les potins d’une certaine presse. Jusqu’au jour oux maître de cérémonie d’un concours de beauté, il a le coup de foudre pour l’une des candidates au titre de Miss Teenager, une certaine Lavelda, qui n’a pas plus de dix-sept ans. Il se sépare de Joan Kenley et, deux ans plus tard, épouse Lavelda.

 

« Je n’accepte qu’un ou deux rôles par an »

Aujourd’hui, Robert a cinquante-six ans et Lavelda vient tout juste de passer le cap de la trentaine. « Il faut vraiment qu ‘elle soit très amoureuse de moi, confie Robert, non sans fierté, pour avoir accepté de me suivre dans ce trou. Je suis sacrément verni ! »

S’il est loin d’Hollywood, Robert Conrad n’a pas pour autant fait une croix sur ses activités professionnelles. « Ma maison de production, Shane Productions, est même une des plus actives d’Hollywood et, en tant qu’acteur, je suis très souvent sollicité. Mais je tiens trop à ma tranquillité et je n’accepte qu’un ou deux rôles par an. Et encore, si les jours de tournage ne sont pas trop nombreux. »

Il faut dire que l’acteur américain n’est pas vraiment dans le besoin. « Les séries que j’ai tournées sont diffusées dans le monde entier, et j’ai des droits sur chaque épisode », explique t-il, le regard braqué sur cette Bear Valley qu’il ne quitterait pour rien au monde.


Laurent Triqueneaux.